Atelier d'écriture
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -43%
PHILIPS – Machine à café dosette ...
Voir le deal
39.99 €

 

 Mahrorn Fouilleprofond

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



Mahrorn Fouilleprofond Empty
MessageSujet: Mahrorn Fouilleprofond   Mahrorn Fouilleprofond Icon_minitimeSam 31 Mar 2012 - 13:17

Un très vieux projet que j'ai décidé de remettre au goût du jour. Bon, pour faire simple, j'ai été contacté récemment par quelqu'un, ce que je fais lui a plu, et il m'a invité à prendre part à un de ses projets qu'il va mettre en place. J'avais laissé la Fantasy en désespoir de cause ( impubliable et encore moins vendable en France à l'heure actuelle), mais je lui ai promis de m'y remettre. Donc me revoici à déterrer Mahrorn !

L'idée est simple. Faire un conte fantastique laissant une grande place à l'humour. Mon héros est un vieux nain ( le peuple nain) prêtre, instituteur, missionnaire à qui il arrivera une foule de péripéties. A ses côtés, vous parcourrez un monde ultra-coloré, souvent absurde voir déjanté, ferez voile vers la magie et l'Aventure ( avec un grand A bien sûr !), rencontrerez une multitude de personnages tous plus originaux les uns que les autres et passerez je l'espère un bon moment, complétement coupé du monde, à sourire et à rêver !

Ne cherchez pas ici de réflexions, c'est juste de la couleur, de l'aventure et du merveilleux. Le narrateur est omniscient, il sait tout, il voit tout, et connait déjà la suite de l'histoire.
Ce n'est pas du Pratchett, ni du Pen of Chaos. Pour base, on peut dire que j'ai pris Bilbo le Hobbit, mais ça n'a finalement rien à voir non plus... Un roman comme Mahrorn n'a jamais été fait, et je compte bien poursuivre dans l'élan des premiers chapitres.
L'effet bande-dessinée, c'est ce qui m'attire dans une oeuvre comme celle-là. Arriver à visualiser facilement les scènes sans que les descriptions soient lourdes et qu'on soit tenté de les zapper, faire que le narrateur soit une présence importante dans le récit, qu'il en devienne presque un personnage, faire apparaître une abondance de personnages, de figurants et surtout mettre de la couleur. Que le monde soit coloré, qu'on arrive à mettre des couleurs aux lieux, aux héros, créer toute une ambiance High-Fantasy sans tomber dans le dark, ni le grotesque.

Mirandèle a été fait pour une génération 8-12 ans, avec Mahrorn je passe l'échelon d'âge au dessus.
J'espère que ça vous plaira ! Bon voyage aux côtés d'un nain peu commun !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Mahrorn Fouilleprofond Empty
MessageSujet: Re: Mahrorn Fouilleprofond   Mahrorn Fouilleprofond Icon_minitimeSam 31 Mar 2012 - 18:29

Ca a l'air marrant, niveau vrai humour dans la fantasy à part les anales du disque-monde, il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent. Bonne chance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Mahrorn Fouilleprofond Empty
MessageSujet: Re: Mahrorn Fouilleprofond   Mahrorn Fouilleprofond Icon_minitimeSam 31 Mar 2012 - 19:33

ah ça me fait plaisir ça!
d'autant que je prévois un nain prêtre grognon dans un placard pour mon épisode 2 d'Erishun, en clin d'oeil à Mahrorn!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Mahrorn Fouilleprofond Empty
MessageSujet: Re: Mahrorn Fouilleprofond   Mahrorn Fouilleprofond Icon_minitimeLun 2 Avr 2012 - 22:11

Salut Ilàan, (je suis tombée sur ce post par hasard en cherchant où l'on peut poster nos propres écrits...), ton histoire a l'air entraînante, c'est une bonne idée et je pense que ça pourrait plaire à beaucoup de personnes.

La fantasy n'est pas un thème qui m'intéresse pour écrire, en revanche, je connais plusieurs sagas de fantasy-humoristique comme "Quand les dieux buvaient" ou "Le royaume magique de Landover". Je précise cela juste pour que tu saches qu'ils existent. C'est compliqué d'inventer quelque chose de totalement nouveau. Mais après tout, il y a des centaines de romans avec des histoires d'amour à l'intérieur et ça continue de se faire. Juste parce que le thème est universel.

Donc tu as ta parfaitement ta place. Tiens nous au courant et au plaisir de lire un extrait !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Mahrorn Fouilleprofond Empty
MessageSujet: Re: Mahrorn Fouilleprofond   Mahrorn Fouilleprofond Icon_minitimeSam 22 Déc 2012 - 8:52

Avant de reprendre ma "Comédie Humaine", j'ai envie de me débarrasser de Mahrorn.
L'idée (et les premiers chapitres) datant de 2007-2008, et ayant toujours eu envie de continuer sans m'en donner le temps, aujourd'hui que j'ai enfin laissé tomber mon côté "procrastinateur", j'ai envie de finir une bonne fois pour toute, de tout reprendre et d'arrêter d'avoir des regrets concernant cette histoire : voir ce que je peux en faire et si ça valait le coup d'espérer quelque chose.

Bon, écrivain jeunesse n'est peut-être pas très glorieux, et ce n'est pas ce que j'ai envie de devenir (même si j'apprécie beaucoup cette littérature), mais un roman de ce type de temps en temps... ça peut être marrant ?

On verra combien de semaines il me faudra pour l'écrire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Mahrorn Fouilleprofond Empty
MessageSujet: Re: Mahrorn Fouilleprofond   Mahrorn Fouilleprofond Icon_minitimeSam 22 Déc 2012 - 14:37

Chouette!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Mahrorn Fouilleprofond Empty
MessageSujet: Re: Mahrorn Fouilleprofond   Mahrorn Fouilleprofond Icon_minitimeDim 23 Déc 2012 - 12:47

C'est plus difficile que ce que je ne pensais de revenir à ce type d'écriture. Après tous ces mois de Sans-Racines et autres Martin, personnages tourmentés et cauchemars, retrouver la couleur de Mahrorn est vraiment une épreuve.
Pourtant, je sens mon âme et mon corps être heureux de réécrire de la Fantasy. Je peux le dire, ça m'avait manqué, il y aura toujours une place pour cette littérature dans mon cœur, et je compte bien m'y développer.

C'est dur, mais c'est un plaisir, pur, simple, et honnête. Je suis ravi d'avoir eu le courage de reprendre !
Je sais que vous êtes quelques uns à avoir aimé les premiers chapitres, et pour vous remercier (de votre aide, de vos encouragement, et de votre présence à mes côtés), je vous mets la suite de Mahrorn plus de trois ans après l'avoir abandonné.
J'ai fait ça ce matin. Vous avez probablement loupé un chapitre que je n'ai jamais posté, mais revoici mon nain :


"Chapitre 6 : Un mystère mystérieux.

Râlant toujours tout son saoul, notre joyeux compagnon fit donc demi-tour, errant dans les rues et les ruelles, traversant marchés et avenues, jusqu'à enfin trouver ce qu'il cherchait : un Office de Tourisme.
Car oui, déjà à cette époque se genre de service existait ! Chaque ville, chaque village, y compris les Grands Bois avaient son Office de Tourisme (avec des majuscules s'il vous plaît), et les employés qui y travaillaient, qu'ils soient nains, hommes, orcs ou parfois bêtes, étaient des personnages respectés de la communauté.
Ici, le bureau se constituait d'une petite bicoque branlante au milieu d'une place désertée. Et quand Mahrorn la vit, le sang dans ses veines ne fit qu'un tour, et il s'empressa de vérifier si sa baguette était bien dans sa ceinture, à portée de main. Il réajusta sa robe, le visage rouge, et les yeux fulminants d'une nouvelle colère, se dirigea vers le petit édifice.
Le silence régnait tout autour. Bartacle bouillonnait de vie, sauf sur cette étrange petite place. Il n'y avait rien, ni promeneurs, ni gamins turbulents sur leur rapière, ni vieux retraités se contant fleurette sur des bancs -il n'y avait même pas de bancs-, non rien que des mauvaises herbes dépassant des pavés mal agencés et le souffle du vent qui profitait de cet espace libre pour prendre de la vitesse avant de s'engouffrer dans les étroits tunnels de la cité.
Flap flap flap, les lourds mocassins de Mahrorn fendaient les flaques d'eau, dérangeant les quelques grenouilles qui s'y prélassaient, pour lui permettre de franchir les derniers pas qui le séparaient de son objectif. Notre bon Père ne se posait pas de questions. Il ne se demandait pas pourquoi une ville de l'importance de Bartacle n'entretenait pas mieux son Office de Tourisme, pourquoi celui-ci était en ruine, prêt à s'envoler au moindre coup de tempête, ou encore pourquoi la Tour des Cieux était fermée sans même quelqu'un pour renseigner les sympathiques voyageurs. Non, Mahrorn n'aimait pas perdre de temps, il préférait laisser les questions aux Érudits perchés sur des piles de bouquins poussiéreux, non lui était un nain de terrain, et action-réaction était son unique devise.

Toc toc. Un panneau de bois fermait le guichet, mais cela ne démonta pas notre prêtre. Toc toc. Un deuxième coup, un peu plus fort, mais en prenant garde de ne pas abîmer les jolies gravures au couteau ou dessins à la craie, qu'on appellerait aujourd'hui graffitis. Toc, to... et finalement, la protection se retira, coulissa, laissant apparaître une hideuse tête barbue, couverte de verrues, ridée, avec un long nez crochu, surmontée d'une poignée de mèches rêches et bien trop sombres, et ornée de petits yeux noirs enfoncés dans leurs orbites.
Mahrorn se recula, surpris et soudain effrayé, et empoigna plus fermement sa baguette, son autre main s'occupant de se pincer les narines (car il y avait également une odeur qui accompagnait le nouveau personnage).
Des moucherons voletaient tout autour et à l'intérieur de la scène.

- Oui, c'est pour quoi ?

Une voix nasillarde dont les intonations traînantes restèrent figées en l'air quelques instants, avant que notre héros puisse les attraper au vol et les digérer.

- Euh... bonjour, Mahrorn Fouilleprofond serviteur du Prophète et de la Lumière, et j'aurais besoin d'un renseignement.

Toute colère avait quitté notre aventurier, remplacé par une simple mais soudaine perplexité. Cela ne l'empêchait toutefois de continuer à froncer les sourcils.
Et de l'autre côté du guichet, on le regardait. Le nain (ou la naine, car à cet instant, c'était difficile d'être certain) ne paraissait pas comprendre ce qu'on lui disait. Il était amorphe, tout en tremblotant, frissonnant, et ses petits yeux paraissait fous, perdus, incapables de se fixer.

- Donc oui, la Tour des Cieux, elle...
- Cieux... ? Cieux !
- Oui, c'est ce que je viens de dire, Cieux. Alors la Tour des Cieux...
- Fermée. Kaputt. A plus. Revenez plus tard, merci.

Et l'individu referma le panneau de bois d'un simple geste.
Mahrorn gronda. Il en connaissait des Officiers, bons, loyaux, fidèles, et amoureux de leur région et de leur patrimoine, il en avait aussi rencontré de ces jeunes coqs prêts à tout pour gravir les échelons et incapables de comprendre la grandeur et la beauté de leur poste, mais celui-ci... mais celui-ci... il en parlerait en hauts lieux de ce garnement !
Toc toc. Une fois, deux fois, et à la troisième, le panneau coulissa à nouveau :

- Oui, c'est pour quoi ?
- La Tour des Cieux ?
- Quelle tour d'essieu ?
- Cette Tour des Cieux, montra Mahrorn en pointant l'édifice avec sa baguette qu'il venait de sortir.
- Fermée. Marche plus. Adieu. Bonne journ...

Mais cette fois, le prêtre ne se fit pas avoir et bloqua le panneau avant que celui-ci ne se referme.
Le nain de l'autre côté le regardait avec de grands yeux, le voyant peut-être enfin réellement. Il le dévisagea longtemps, longtemps, pendant que notre ami cherchait quoi dire, fouillant dans sa mémoire pour se souvenir d'un sermon qui conviendrait à pareille situation. Peut-être une analogie avec les belettes ? Ou les marmottes ?
Quand soudain, la raison parut revenir dans l'esprit de l'officier de tourisme, pour au moins une poignée de secondes, car bientôt, ses traits se tirèrent, se tirèrent, son tremblement s’intensifia, et il hurla, plaquant les mains sur ses oreilles, la bouche grande ouverte de stupeur.

- Gardes, gardes !

Mahrorn, qui avait finalement trouvé quelque chose à dire, s'arrêta brusquement, bloqué net par ce comportement inexpliqué.

- Que... quoi ?

Et c'est tout ce qu'il put dire, avant d'être encerclé par tout un régiment de nains, tous armés d'une solide massue de bois qu'ils tapotaient avec amour !

- Un cu... un cu... un cu, un cu... un curé !

L'officier continuait à balbutier tout seul derrière son guichet, désignant d'un doigt tremblotant notre héros comme s'il était une espèce de démon ou diablotin, sorcier prêt à jeter un sort, tandis que tout autour se rapprochait le cercle de soldats, apparus d'on ne sait où, ni comment.
Ils se ressemblaient tous avec leur armure de bric et de broc, leur épais casque en forme de marmite, leurs gilets de mailles défraîchies et leur matraque à la main. A la barbe brune, noire ou parfois blonde, ils regardaient l'étranger, le visage froncé dans une parodie de colère, se demandant lequel d'entre eux aurait le courage de faire le premier pas.
Mahrorn s'était retourné, la baguette prête à frapper. Il y avait bien une dizaine de gardes tout autour de lui, plus d'autres qui arrivaient, encore en train de s'habiller, pour compléter la ronde, et notre aventurier ne semblait plus rien comprendre ! Mais il essayait de faire bonne figure. Après tout, comme l'avait dit l'officier, il était un curé, et nul ne pouvait impressionner un prêtre, et encore moins un prêtre dans l'exercice de ses fonctions (quelle que fut cette fonction en ce moment précis).
Et enfin :

- Vous... vous... nom, identité et... occupation, s'il vous plaît !

Un milicien, un peu plus téméraire que les autres prit la parole, en prenant toutefois garde de ne pas s'éloigner de plus d'un pas de ses collègues.

- Mahrorn Fouilleprofond, serviteur du Prophète et de la Lumière, prêtre des Grands Bois en route pour la Sainte Cité d'Opale, et je dois dire que...

Un murmure ténu parcourut l'assemblée, ils n'en croyaient pas leurs oreilles. Cela faisait si longtemps, ils pensaient que...

- … après tout, je n'ai jamais aimé Bartacle, voilà ce que ça fait d'habiter la grande ville. Le grand air, le grand air, c'est ça qui vous manque, à vous les jeunes ! Toujours à rester assis chez vous à jouer aux osselets ou aux billes... à mon époque, nous... et c'est pour ça que nous...

Mais heureusement pour eux, les soldats ne l'écoutaient pas. Ils avaient autre chose en tête. Comment, oui comment réagir face à ce singulier personnage, ce... prêtre ?

- Veuillez nous suivre au palais des Gardes-Champs sans faire d'histoires, mon Pèr... Monsieur Fouilleprofond. Votre cas sera jugé en ces lieux.

Mahrorn, coupé dans son élan, et enfin arrivé à la morale de sa tirade, prit conscience de l'urgence de la situation. Ils étaient au moins une quinzaine, tous armés de mauvaises intentions. Il ne savait pas ce qu'ils lui voulaient, quel était son quelconque crime, mais après tout, il était prêtre, prêtre ! Et ce statut lui garantissait la plupart du temps l'immunité, ou le pardon.
Mais ici, ces gens étaient bizarres, cette ville. Il se souvint tout à coup des regards que lui avaient lancé la populace, surpris, effrayés, terrorisés ! Que se passait-il à Bartacle ? Et surtout, comment se sortir de ce piège ?"


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Mahrorn Fouilleprofond Empty
MessageSujet: Re: Mahrorn Fouilleprofond   Mahrorn Fouilleprofond Icon_minitimeMar 22 Jan 2013 - 10:51

L'aventure à Bartacle est prête à s'achever (d'ici le prochain chapitre certainement), et il est le temps de faire un premier point.
Alors... en un peu plus d'une semaine, j'ai bien avancé.
Après le Sans-Racines, j'avoue que j'ai eu une période où j'ai eu du mal à me remettre à Mahrorn. Les phrases ne sortaient pas, ça me démotivait, et il a fallu que je m'impose un nombre de mots quotidien pour avancer. Un demi-chapitre par jour donc, à poster sur ce forum, peu importe ce qui se passe.
Parfois je peux finir à 21 heures (comme hier, content !), parfois c'est plus proche de minuit. Et je n'ai loupé que deux jours pour l'instant (le vendredi où c'est le seul soir où je sors... et dimanche dernier où la paresse était trop forte).

Depuis que je me sens obligé de poster, ça va mieux, et j'arrive à avancer. En moyenne donc, j'écris entre 1000 et 3000 mots par jour, ce qui est plutôt pas mal. Il y a toujours un manque de motivation qui m'empêche de me lever aux aurores le matin (je me dis que pour écrire Mahrorn, je n'ai pas envie de me lever ! ), mais on va essayer de corriger ce problème dès demain.

Alors donc... l'épisode de Bartacle va s'achever. En suis-je fier ? Pas vraiment, mais il fallait passer par là. Mahrorn y a rencontré plein de personnages, nous avons exploré une ville naine, un nouveau compère de notre héros a fait son apparition qui restera sur la durée, et j'ai posé les bases de ce qui sera le scénario.
Et je trouve avoir bien réussi à changer d'ambiance. Même si je préférais celle des Grands-Bois et de la Forêt, on ressent bien la froideur d'une cité de pierre, grise, avec des immeubles, le monde...

Stylistiquement, je ne me suis pas relu donc je ne sais pas ce que ça donne ! Mais je ne veux pas me retourner, pas tout de suite, et j'avancerai donc encore un peu.

Pour parler de l’œuvre en général, je garde la volonté de faire un one shot. Toutes les aventures de Mahrorn pourront se lire indépendamment des autres, et je ne me lancerai pas dans un cycle ( un peu le même système que les Annales du Disque Monde), cependant le Magicien d'Or sera beaucoup plus long que prévu. Mahrorn n'est même pas sorti de Bartacle, il n'est pas encore à Opale, et la véritable aventure ne commencera qu'à ce moment... donc ce sera long, très long ! Et finalement, je n'aurai pas fini fin février.

L'épisode de Bartacle vous a certainement déçu comparé aux premiers chapitres ( ce sera à retravailler de toutes manières), mais pour la suite, j'espère bien retrouver la couleur, et je vous promets que nous allons voyager à travers Arcadia, et vivre des aventures fantastiques !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Mahrorn Fouilleprofond Empty
MessageSujet: Re: Mahrorn Fouilleprofond   Mahrorn Fouilleprofond Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Mahrorn Fouilleprofond
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Au coin du feu :: Corbeille :: Table ronde-
Sauter vers: