Atelier d'écriture
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -17%
Grosse promo sur PC Portable Gamer – LENOVO ...
Voir le deal
999 €

 

 Le Déchronologue ; Stéphane Beauverger.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



Le Déchronologue ; Stéphane Beauverger. Empty
MessageSujet: Le Déchronologue ; Stéphane Beauverger.   Le Déchronologue ; Stéphane Beauverger. Icon_minitimeDim 17 Juin 2012 - 12:14

Je continue ma propagande sur les auteurs français, parce qu'ils le valent mieux. ^^

Critique scifi universe
L'histoire en quelque mots : Nous sommes au XVII ème siècle, au centre des colonies françaises, anglaises et espagnoles du nouveau monde. Henri Villon, capitaine de galion, fait escale à Port-Margot, pour participer à une réunion entre français, qui complotent afin d'arracher tortuga aux britanniques. Seulement, sur le chemin, quelqu'un lui présentera une maravilla.
Soit, traduit, une merveille. Les merveilles sont des objets tout ce qu'il y a de plus communs, des boîtes de conserve, des médicaments, des batteries, des CD, des baladeurs. Mais pas au XVII ème siècle ! Voici le point majeur du roman. Personne ne sait d'où elles viennent, ni quand elles sont apparues, ni, souvent, à quoi elles servent tout simplement. Comme l'idée de voir un corsaire tourner et retourner entre ses mains un MP3, de lire qu'un équipage vénère une conserva, qu'une ville entière a peur d'une burbuja, qu'un capitaine puisse lire un bouquin qui sortira dans un siècle, est géniale ! Bien évidement, les choses se corsent et se gâtent rapidement. Des objets moins louables font également leur apparition, des armes de notre génération, des bombes, des micros. Mais aussi... Des gens.

Vous avez vu ? Même pas trop de spoiler. ^^
Le récit est écrit à la première personne, au passé, dans un style le plus souvent soutenu, bien que quand Villon se torche au tafia, cela peut donner quelque chose d'assez familier ; et quand les hommes de mer parlent, entre autres Pute vierge ! et Christ Mort ! ça passe également au registre familier.
Il reste une chose à relever, il s'agit de la construction du roman. Les chapitres sont dans le désordre, passant de I à XVI, de XII à III, etc. Pourtant, ce n'est pas réellement le foutoir, en sautant certaines scènes, cela amène constamment de nouvelles questions et de nouvelles énigmes au lecteur. Malheureusement, à mon goût, lorsque l'on retrouve ces scènes plus tard, lorsque l'on a fait l'effort de comprendre ce qu'il s'est passé, elles perdent un peu en saveur. En fait, vous avez le choix de lire le récit de deux façons, dans l'ordre ou dans le désordre. Je pense qu'il faut faire les deux, en commençant par le désordre.

Voili-voilou, une série de citation pour finir, toujours rien que pour vous :
Citation :
Les trônes ont ceci de commun avec les baquets d'aisance que leurs usagers les souillent dès qu'ils s'y posent.
Citation :
Voilà, le vilain mot était lâché. L'instruction, le poison des gens simples, qui leur rongeait la cervelle lorsqu'il était mal versé.
Citation :
Nous ont claqué la couenne dans le merdon, renchérit le boucanier, claqué à tous clanchoir d'la tripe et du boyon !
Citation :
Depuis David, notre espèce aspire à lui ressembler, mais c'est pourtant à l'ombre des Goliath qu'elle aime à se rêver héroïque.
Citation :
Puis je posai mes mains sur sa gorge et commençai à serrer. Et serrer. Et serrer encore jusqu'à l'entendre râler et siffler, osciller et frissonner du grand frisson des moribonds.
Citation :
La fin frappait à la porte, et je ne voulais pas déjà lui ouvrir.
Citation :
Deux indiens m'avaient mis cul nul et me plaquaient au sol, tandis qu'un troisième m'enfonçait une canule d'argile dans le fondement.
Citation :
Mort de moi ! Par le truchement de forces qui dépassaient mon entendement, mon équipage et moi-même allions affronter Alexandre le Grand !
Citation :
S'il y a une chose qui ne sait que prendre du poids avec l'âge, à la manière des gros bourgeois de nos villes de France, ce sont bien les taxes et les octrois.
Citation :
En ces eaux hostiles, un contretemps d'une semaine n'avait plus de gravité qu'une heure de retard à un rendez-vous galant.
Citation :
In vinasse very tôt.
Citation :
Mais il était profondément terrien, et pas plus à l'aise sur ma frégate qu'un honnête homme au Vatican.
Citation :
L'enfer, ce n'est ni les flammes ni les tourments. L'enfer, c'est un désert sans écho.
Citation :
Si c'est diablerie de promouvoir un moyen de conserver boisson et nourriture des années durant sans risquer de les voir se gâter, si c'est diablerie de produire de la lumière sans flamme, de soigner l'incurable et de sauver son prochain, alors Satan est mon maître, et je suis son serviteur, et je compisse vos gueules de rats putrides !


Dernière édition par Lemli le Lun 18 Juin 2012 - 8:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
sombrefeline
Héros Légendaire
sombrefeline


Féminin Nombre de messages : 2284
Age : 35
Localisation : Le Grand Nord
Loisirs : Ecrire, dessiner, coudre et taquiner ses semblables avec des bouts de métal coupant
Date d'inscription : 21/04/2012

Le Déchronologue ; Stéphane Beauverger. Empty
MessageSujet: Re: Le Déchronologue ; Stéphane Beauverger.   Le Déchronologue ; Stéphane Beauverger. Icon_minitimeDim 17 Juin 2012 - 18:43

Sur ma liste de lecture depuis un petit moment déjà (je rattrape le retard que j'ai accumulé) !

Je pense que je le lirais pendant les vacances

_________________
That is not dead which can eternal lie. And with strange aeons even death may die

There is no "overkill". There is just "open fire" and "time to reload"

Mon site http://catherine-loiseau.fr/
Ma page Facebook https://www.facebook.com/cat.loiseau
Mon Pinterest http://pinterest.com/sombrefeline/
Revenir en haut Aller en bas
 
Le Déchronologue ; Stéphane Beauverger.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Le monde littéraire :: La boîte à critiques :: Science-Fiction-
Sauter vers: